L’auteur : Jean EVEN

Jean Even
Je suis né en 1934 dans le Morbihan, et j’ai fait une carrière d’enseignant dans le second degré (professeur de Lettres classiques). Mais, pendant la période où je travaillais, je me suis consacré aussi à plusieurs activités dévoreuses de temps, de sorte que c’est seulement à la retraite que j’ai pu m’adonner à l’écriture.

J’ai commencé par écrire des romans historiques et plus précisément "antiques". En effet, j’ai toujours été passionné par la civilisation gréco-romaine. Etant étudiant, puis professeur, c’est évidemment à l’Hellénisme classique que je me suis consacré. Mais c’est l’hellénisme "marginal" (dans le temps ou dans l’espace) que j’ai étudié ensuite : l’hellénisme tardif, celui du "Bas-Empire", qui forme la toile de fond du premier titre mis en ligne sur ce blog, L’Histoire et l’Eternel (1993), ou l’hellénisme lointain, "exotique", décor d’un autre roman historique, Le Roi de l’Inde (1999). J’ai par contre renoncé à un projet de roman sur la renaissance de l’hellénisme à Mistra et Florence à la fin du Moyen-âge, car c’est à des sujets "modernes" que je me suis consacré ensuite : un recueil de nouvelles (Mirages 1997), un roman (Nos étés trop courts 2005), des notes de voyages (Instantanés 2007), des essais dialogués (Propos délibérés 2011…), une fantaisie en forme de roman d’anticipation (Les post-humains 2013) et enfin une suite (et fin) de Nos étés trop courts que j’ai intitulée Fuir, là-bas fuir (2015).

Le voyage : à l’origine, c’était peut-être le thème qui donnait une certaine unité à ces différentes œuvres : voyages à travers le monde (c’est le sujet des Instantanés), mais aussi dans le temps, dans l’histoire, ou (c’est plusieurs fois le cas) à la fois dans le monde et l’histoire : le personnage central de L’Histoire et l’Eternel, qui vit à la fin de l’antiquité, parcourt le monde connu de l’époque, l’Empire romain, de long en large. Le héros du Roi de l’Inde, souverain d’un de ces royaumes indo-grecs des siècles qui ont précédé notre ère, fut un conquérant, donc un voyageur. La première des nouvelles du recueil Mirages, s’intitule Le tour du monde, titre qui suffit à en annoncer le sujet. Le héros de Nos étés trop courts (et de sa suite, Fuir, là-bas fuir) est un retraité qui a fait une carrière d’enseignant à l’étranger, qui a, lui aussi, bourlingué, toute sa vie, d’un continent à l’autre, et qui recommence à le faire à la fin de ses jours. Par contre, le thème des voyages est quasiment absent des Propos délibérés qui, à l’origine, en 2011, marquaient un retour à l’Histoire, non plus sous forme romanesque, mais sous forme d’"essais dialogués". (Dès le début, cette œuvre était évidemment susceptible d’ètre enrichie de nouveaux dialogues, sur de nouveaux sujets, pas forcément historiques)… Retour aux voyages dans un titre mis en ligne en 2013, Les post-humains, voyages à la fois dans le temps, (en l’occurrence l’avenir, un avenir d’ailleurs très proche), et dans l’espace, les personnages étant ce que Jacques Attali appelle des "hypernomades". Bref, pérégrinations dans l’espace et le temps : tels sont les points communs de ces différents titres.

Huit œuvres peuvent donc être lues sur ce site. Dans l’ordre de leur mise en ligne (mais pas forcément de leur composition) : L’Histoire et l’Eternel, Instantanés, Le Roi de l’Inde, Mirages, Nos étés trop courts, Propos délibérés, Les post-humains et Fuir, là-bas fuir. Sauf pour Propos délibérés, les dates indiquées à la page "Œuvres" sont celles de leur achèvement.

(Octobre 2016)

www.jean-even.fr
site hébergé par Netissime